EXPOSITION COLLECTIVE – PAROLES EN FRICHE

EXPOSITION COLLECTIVE – PAROLES EN FRICHE

La Taverne Gutenberg –  résidence artistique et centre culturel à Lyon.  Exposition Paroles en Friches – Du 5 au 23 octobre 2016 www.taverne-gutenberg.fr La parole en un mot ? C’est avant tout celle de l’artiste, un moyen d’expression et de revendication. Il importe peu qu’elle soit orale, écrite ou sensible, cette parole est celle de la marge, de ces individus qui s’affairent à faire renaître un espace en lui insufflant une âme. La Taverne Gutenberg, en partenariat avec l’Espace Pandora, a fait appel à plus de 25 artistes pour investir son immeuble autour du thème « Paroles en Friche ». En réunissant des protagonistes de plus de six pays différents, cette exposition a pour ambition d’inverser la notion de friche et de passer d’un supposé abandon à la transfiguration d’un lieu. La désuétude de l’espace se révèle alors être un terrain de jeux et de libertés, animé par la parole des individus, parfois incomprise et décomposée, qui se dilue dans le temps et dans l’espace. Le passé et les maux qui s’y accordent font places aux oeuvres et aux mots qui les accompagnent. ALICE IN WONDERLANDS Alice in Wonderlands :  » Pour en paroles en friches , j’ai choisis de réinterpréter le conte mythique de Lewis Carroll : Alice aux pays des merveilles. Ces toiles sont le début d’une série d’expérimentations autour du non sens et de l’imagerie du monde onirique et de toutes les choses qui s’y cristallisent. Le début de ce travail s’axe autour de la chute d’Alice qui correspond au moment au moment où elle s’endort et sombre dans un monde parallèle. Ce monde s’apparente dans mon approche... read more
GRAPHISME – INAUGURATION DE LA TAVERNE GUTENBERG

GRAPHISME – INAUGURATION DE LA TAVERNE GUTENBERG

LA TAVERNE GUTENBERG – RESIDENCE ARTISTIQUE ET CENTRE CULTUREL Flyer réalisé pour l’inauguration du projet en février 2016 J’ai cette double casquette d’artiste et  de communicante. Je travaille depuis le mois de décembre pour le projet de la Taverne Gutenberg. Cet espace se situe à mi chemin entre la friche, le centre d’art, la résidence artistique et le lieu d’échange et de rencontres. Au début du projet, tout était à faire, j’ai donc touché à pas mal de choses : communication, programmation, logistique, relations publiques etc…  Aujourd’hui je suis spécialisée dans la gestion des ateliers et de l’espace de coworking artistique. J’y travaille la première partie de la semaine. Le reste du temps j’ai un atelier dans le bâtiment et je travaille la peinture, le dessin, le collage… Pour l’inauguration nous avons voulu rassembler le plus de pratiques différentes et créer un événement « hybride » à l’image du lieu. Pour en apprendre plus sur la Taverne :... read more
ARTICLE//ILLUSTRATION – PORTRAIT DE NIKI DE SAINT PHALLE

ARTICLE//ILLUSTRATION – PORTRAIT DE NIKI DE SAINT PHALLE

NIKI DE SAINT PHALLE – PORTRAIT L’ART BRUTAL DE NIKI DE SAINT PHALLE Niki De Saint Phalle est une artiste pluridisciplinaire et autodidacte née à Neuilly Sur Seine en 1930 et morte en Californie en 2002. Avant d’aborder les particularités du monument artistique qu’elle a érigé, il faut d’abord dresser le portrait du contexte familial qui l’a fait naitre, son œuvre étant intrinsèquement nourrie par l’histoire de sa vie. Elles sont en réalité indissociables. Issue d’une famille noble, ruinée durant les années 30, Niki est ballotée entre les différents îlots familiaux et passe sont enfance entre les Etats-Unis et la France. Elle est naufragée entre ces deux cultures, et naviguera entre deux continents tout au long de sa vie. Le contexte familial est lourd et Niki décide très tôt de s’affranchir de l’influence familiale. Elle choisit l’autodétermination. Elle rejette son père, sa violence et l’incestueux secret qu’elle révèlera dans un livre à l’âge de 64 ans (elle a été abusée à l’âge de 11 ans). Elle craint aussi de devenir comme sa mère et fait tout pour se construire en opposition à l’instance matriarcale et aux représentations qu’elle incarne. Niki rêve d’être une héroïne, de faire la guerre à l’injustice et ne peut se résoudre à choisir parmi les modèles proposés. Elle les outrepassera tous, d’ailleurs, en se muant en un être hybride, capable d’endosser tous les rôles pour mieux s’en défaire : elle est une femme, une mère, un homme, une sainte et son contraire, une enfant et avant tout une artiste. Une artiste autodidacte qui ne sait ni peindre, ni dessiner et qui par conséquent est obligée de tout inventer. La beauté de... read more